Le burn-out, c'est avant tout un épuisement. Donc on commence par dormir pour récupérer et rassembler les morceaux de soi éparpillés au fil du temps.

Mais ce n'est pas seulement ça. Ce sont aussi des mécanismes de défense qui se sont écroulés face à la pression du travail, aux contraintes réelles ou supposées. Et puis surtout, ce sont des fonctionnements liés à notre personnalité qui mènent à cet état.

Soigner un burn-out revient donc à récupérer de son état d'épuisement mais également à comprendre les mécanismes qui ont menés à cet état physique et psychique particulier. Et à trouver les moyens de modifier ces mécanismes pour ne pas replonger aussitôt la reprise du travail effectuée.

Pour certains, cela semble rapide, parmi les témoignages que j'ai reçus suite à mes deux précédents articles sur le sujet. Pour moi, c'est long. C'est une grosse remise en question, sans doute liée au fait que ce burn-out est en fait un deuxième passage. Puisque j'avais senti la limite il y a déjà quatre ans et réussi à passer à côté, d'abord grâce aux grandes vacances qui arrivaient et ensuite, grâce à un changement d'école qui m'avait permis de repartir à zéro.

Se soigner est donc différent selon chacun, chacun le vivant différemment selon les mécanismes qui sautent et le fonctionnement interne de chacun...

Je suis donc dans ce travail de reconstruction, qui pour l'instant ne m'évite pas les crises d'angoisse liées à la rentrée, et toujours dans la reconstitution de mon énergie, la fatigue a tendance à revenir dès que je cumule plusieurs journées un peu active avec mes loulous.

Du coup, pas de rentrée possible cette année, une première en bientôt 18 ans de carrière... Le congé va se prolonger quelques mois encore mais je garde l'espoir de revenir en classe en cours d'année scolaire, avoir des élèves commencent à me manquer ;) .

En attendant, je vous souhaite une très bonne semaine de rentrée, restez zen et surtout prenez plaisir à être en classe !!!