Actuellement, je travaille avec mes élèves sur la qualité de la prise de parole, la pertinence des arguments présentés et la bonne articulation de ces arguments. Pour l'instant, il s'agit d'un travail autour de la poésie et de sa récitation :

poésie

Première étape : repérer le pourquoi du comment !

Nous avons commencé traditionnellement par la récitation à la classe : vous savez le truc gnan-gnan d'une voix monocorde d'un élève face à ses camarades cherchant à se débarrasser le plus rapidement possible de cette corvée... enfin une fois qu'il y est... Dès le premier passage, j'ai fixé les règles : passer devant la classe, ce n'est pas seulement réciter par coeur sa poésie. Alors, que pensaient-ils de ces moments de récitations ? et que faudrait-il faire pour améliorer les passages de chacun ?

  • Les arguments positifs : il y a des jolies poésies ("mais en général, c'est quand on les lit qu'on les trouve jolies!" ^^ ) et ... ??? Ah si : si on a appris par coeur, on est sûr d'avoir une bonne note ! ("Et bien, pas toujours dans ma classe, en fait!" :p ) Bon. Ben alors ???
  • Les arguments négatifs : on n'entend pas bien, certains vont trop vite, d'autres n'articulent pas assez, on ne comprend pas toujours, y'en a qui regardent leurs pieds ou que la maîtresse, c'est long et souvent à la fin, c'est ennuyeux, il y en a qui font du bruit...

Bref, on a constaté que le moment de poésie n'est pas vraiment un moment apprécié par les élèves...

Pourquoi alors de réciter la poésie devant tout le monde ? Qu'est-ce que ça doit nous faire travailler ? Pas simple pour mes CM2 de trouver des réponses, j'ai dû apporter beaucoup (si vous testez dans vos classes, je veux bien des retours de vos expériences...) et nous avons mis en place la grille de compétences pour bien réciter une poésie.

poésie_grille

Deuxième étape : critiquer utile !

Les récitations suivantes ont fait l'objet d'une critique collective, chacun donnant un élément : et obligation de commencer par les critiques positives ! Dur dur, là aussi, il est nettement plus facile de repérer les défauts... Ces critiques se faisaient sur le mode : "il connaît bien sa poésie" "il donne le titre et le nom de l'auteur" etc.

Au fil des récitations, la critique s'est affinée : "Au début, il mettait bien le ton mais à la fin, c'était moins bien".

Enfin, nous avons fait un bilan lorsque la moitié du groupe classe est passée : quels étaient les compétencess à travailler le plus souvent ? Et bien, les "défauts" les plus fréquents sont : le ton monocorde, le manque de mise en scène et le volume trop bas des récitations pour que la classe en profite vraiment.

Actuellement, nous sommes passés à une autre étape de la critique : un élève propose une critique, la plus complète possible, directement à l'élève qui présente sa poésie "Tu connais bien ta poésie et tu parles assez fort." ... Les autres élèves peuvent lui demander la parole pour contredire ou compléter toujours en argumentant. L'élève évalué peut aussi signaler s'il n'est pas d'accord et demander l'avis de ses autres camarades.

La dernière étape de la critique consistera à proposer des améliorations possibles : "Peut-être que tu aurais dû, ... pu ...". Pour l'instant, c'est encore mon rôle ;)

élèves

Troisième étape : améliorer sa présentation par les variations de tons, de volume et de tempo...

Le plus facile pour moi était de travailler sur le volume. Puisque j'ai la chance d'occuper les deux salles d'un préfabriqué, j'ai envoyé les élèves réciter de l'autre côté... C'est très efficace, y compris avec les élèves très réservés : personne ne les voit, on doit juste les entendre : j'ai découvert ainsi qu'une de mes élèves avait une belle capacité vocale alors qu'on l'entend très difficilement en classe !

Ensuite, nous devons travailler sur le ton. Certains ont déjà commencé par mimétisme : en effet, je lis chaque poésie lors des présentations et je fais très attention à ce que cette lecture orale soit attractive. Je retrouve donc dans les prestations de quelques élèves des effets que j'ai pu donner lors de ma présentation (rigolo et émouvant aussi !).

Pour les obliger à aller plus loin, cette fois-ci, j'ai choisi de ne pas leur lire tout de suite les poésies mais de les faire travailler en petits groupes (2, 3 ou 4) pour qu'ils cherchent ensemble la manière dont ils vont pouvoir faire passer un message : pour cela, j'ai créé des étiquettes avec une phrase et un sentiment à exprimer ou un tempo à prendre.

exprimer_emotions

Vous pouvez aussi trouver des cartes sympa chez Ma Maitresse de CM1-CM2 : ici

 

Dernière étape : se mettre en scène !

Pour cette dernière phase, la plus difficile à mon avis, nous ferons un travail parallèle en théâtre dans le cadre de nos échanges avec les 6è et nous essaierons de les appliquer à la poésie. Pour cela, je me sers des mini-leçons du menu JOUER de Farfa (La classe des Farfadets). En attendant, j'ai fait un choix de poésies qui peuvent aider à améliorer ces mises en scène... chez Alysse : poésies de l'hiver

bonhomme-de-neige3

Voilà pour ce petit tour de la progression en ce qui concerne le langage oral dans ma classe. Compétences bien évidemment reprises et travaillées ailleurs qu'en poésie : éducation civique et débat de classe, exposés, lectures aux maternelles (et très bientôt lectures aux CP), sans oublier le kamishibaï qui va bientôt faire son retour ... et j'en trouverai bien d'autres ;) .

L'autre versant de ce travail qu'est la critique littéraire va aussi se mettre en place très rapidement, je vous en parle avant les vacances !

 

PS : Les illustrations de cet article sont les oeuvres de deux collègues talentueuses!

Vous les retrouverez donc sur le blog d'Anyssa La PoZ Lutins et sur celui de Mysticlolly