Me voilà de nouveau plongée dans le kamishibaï donc je vous propose ma séquence pour écrire avec le kamishibaï en cycle 3 (plutôt CM quand même). Pour cette séquence, les élèves doivent avoir au minimum entendu et vu quelques lectures par l'enseignant.

 

Ecrire des contes pour le kamishibaï

redaction

 

  • Séance 1 : lire des contes traditionnels

Cette séance sert plutôt de rappel, les élèves ayant tous à cet âge entendu quelques contes : la classe fait la liste des contes qu'ils connaissent avec leur résumé. Ensuite, l'enseignant vérifie qu'ils connaissent les différents éléments narratifs du conte : situation initiale, déclencheur, quête, aides, solution finale. Si ce n'est pas le cas, il s'appuie sur un des contes les plus connus et montre le découpage du conte en ces différentes parties.

En fin de séance, les élèves forment des groupes de deux ou trois et choisissent un conte parmi ceux proposés afin de le transposer au format du kamishibaï.

Je vous propose les tapuscrits originaux pour l'occasion... par là

mais ils sont complexes pour certains élèves. On trouve également des albums pour lesquels je vous conseille toutefois de retaper le texte afin d'éviter plus tard l'envie de reproduire les dessins !

  • Séance 2 : analyse du conte

Chaque groupe reçoit un tapuscrit du conte à lire pour avoir l'histoire complète en tête. En effet, certains contes sont moins connus ou lointains dans la mémoire des élèves et nécessite un rappel des différentes étapes de l'histoire. Ils doivent, suite à cette lecture, identifier les éléments du conte grâce à la grille ci-dessous.

analyse_conteanalyse_du_conte

En fin de séance, l'enseignant affiche toutes les grilles et la classe complète les éventuels manques. Chaque groupe prend en note les observations des uns et des autres.

 

  • Séance 3 : réécriture

Lors de cette séance, les élèves n'ont plus accès aux textes originaux. Ils doivent se servir de leurs notes et de leur grille. A ce stade du travail, deux possibilités s'offrent à eux : la réécriture du conte qui respecte les personnages, lieux, actions... ou une réécriture en conte détourné : transposition à notre époque, dans le futur, modification de certaines caractéristiques des personnages, etc.

Cette séance peut être assez longue, les élèves ayant besoin de temps pour se mettre d'accord sur leur projet puis pour rédiger. A la fin de la séance, les premiers jets sont ramassés par l'enseignant qui en fera une correction orthographique globale pour "dégrossir" un peu le travail (en règle générale, je me contente de souligner les erreurs d'accord et les mots invariables) sans s'occuper de la syntaxe.

écriture

  • Séances 4 et 5 : révision et rédaction finale

Ces deux séances seront consacrées à la révision du texte et à la correction soit dans le groupe, soit entre deux groupes de manière à avoir un regard extérieur. Pendant ce temps, l'enseignant verra les groupes un par un pour la révision syntaxique et la cohérence de l'histoire.

A la fin de la séance , les élèves doivent être prêts pour la rédaction au propre de leur version.

  • Séance 6 : découpage du texte en planches

Cette séance va permettre d'écrire le texte de manière à séparer déjà les paragraphes correspondants aux planches de kamishibaï : on prévoit 6 à 12 planches par conte. Pour chaque paragraphe tapé, les élèves doivent prévoir a minima leur scène à dessiner : lieu (décor), personnages et action à représenter.

arts_plastiques

  • Séances 7 et 8 (arts plastiques) : mise en scène

L'enseignant rappelle en début de séance que dans le kamishibaï, le texte vient apporter l'histoire à l'illustration mais que à l'inverse, l'illustration doit compléter le texte et apporter des éléments non dits... A partir de l'observation de diverses planches de kamishibaï, les élèves peuvent se faire une idée précise de ce qui est possible.

Le travail d'illustration va commencer par les décors : en effet, j'ai fait le choix de travailler sur un décor en couleur et des personnages en noir et blanc. Ceci s'explique par la difficulté de reproduire un personnage à l'identique et/ou en varient ses positions : je contourne la difficulté en photocopiant le personnage pour l'utiliser dans les diverses planches. On peut varier la taille mais aussi découper ce personnage pour n'en faire apparaître qu'une partie ou le photocopier à l'enver pour n'avoir que la silhouette, etc.

Pour les décors, j'utilise le même principe : si un même décor peut servir plusieurs fois, je photocopie la planche en N&B et les élèves en font une nouvelle mise en couleur (je pense par exemple au petit chaperon rouge pour lequel mes élèves avaient plusieurs scène en forêt : la novelle mise en couleur donnait l'impression d'avoir avancé dans la forêt...).

Le premier travail se fait donc au crayon à papier sur feuille A3 ou 1/2 raisin (papier Canson). Quand les élèves sont satisfaits, ils passent à la mise en couleur à la gouache en utilisant diverses techniques (coton, éponge, pinceaux,...).

  • Séance 9 (arts plastiques) : les personnages

C'est peut-être la partie la plus difficile pour les élèves. Peu d'entre eux maîtrisent le dessin de personnages mais surtout peu d'entre ont envie de montrer ce qu'ils dessinent ! Je mets à leur disposition des livres ou des fiches de dessin pour débloquer la situation et leur demande de se répartir le travail : un personnage par élève minimum, ensuite, les plus à l'aise prennent en charge les autres.

On obtient assez vite des personnages satisfaisants pour le projet.

  • Séance 10 : mise en page

Une fois les personnages photocopiés et attribués à chaque décor, les élèves les positionnent et passent au collage. 

Ensuite, il faut mettre les planches dans l'ordre de l'histoire et la faire défiler pour coller à l'arrière les textes préparés en séance 6.

 

Et voilà : y'a plus qu'à faire les invitations pour les autres classes et préparer sa lecture !

ou alors... je vous en parlerai une autre fois !

 

et comme toujours, je vous invite à visiter le site des Editions Kamishibaïs pour trouver de belles histoires DONT des contes justement !

Kamishibaïs Editions

Vous y trouverez La Belle au Bois Dormant, Pinocchio, la Belle et la Bête ou le Petit Chaperon Rouge, à lire à vos élèves APRES leur réalisation, histoire d'analyser la manière dont des auteurs et illustrateurs professionnels ont transcrit ces contes.

Et si vous êtes vraiment fiers de vos réalisations, vous pourrez également leur proposer vos versions et participer au concours des écoles...